Buvard, Julia Kerninon

Buvard Julia Kerninon

Tant de blogs et d’articles de journaux encensent ce premier roman de Julia Kerninon que  c’est avec curiosité,  envie d’ un coup de  cœur et crainte d’une grosse déception que j’ai commencé ce livre.

Conclusion: je n’ai pas été déçue (j’ai aimé ce récit frémissant et tendu) –  Pas totalement éblouie non plus  (je ne me suis pas sentie assez proche des personnages)  mais admirative certainement,  devant une telle maîtrise de la composition et un style aussi précis qu’imagé,  sec et  nerveux à la fois. Ce que j’ai préféré plus que tout dans ce roman? Que la lecture et l’écriture soit si intensément  au centre du récit.

De quoi s’agit-il ? D’un rencontre entre deux êtres à l’enfance malmenée et misérable qui s’en sortent par l’écriture,  la lecture, l’imagination, la création et qui passent deux mois d’été  ensemble, seuls dans la  propriété anglaise de Caroline N. Spacek,  écrivaine célèbre  de 39 ans qui vit là en recluse et qui,  contrairement à son habitude, a accepté d’être interviewée parLou, un jeune étudiant  de 24 ans qui vient de lire son œuvre intégrale.  Elle aura besoin de neuf semaines pour terminer le récit de sa vie qu’elle enregistre au dictaphone, en présence d’un Lou ébloui et reconnaissant.

J’étais en train de finir mon dernier (roman) quand mon amant, Piet, m’avait pris dans ses bras pour me demander  ce qui m’arrivait – et c’était tellement difficile à expliquer que j’avais commencé à penser qu’il faudrait que je trouve un moyen de parler à Caroline N. Spacek. Lui faire ouvrir les doigts. Savoir ce qu’elle dissimulait au creux de sa paume.

Il ne s’attendait pas à trouver une personnalité aussi forte et fragile à la fois, si proche de lui par certains côtés mais si meurtrie, si entière et si mystérieuse.  Le dernier paragraphe  est révélateur de ce qui lui arrive peut-être par la suite  mais que faut-il comprendre exactement? [Suite blanchie pour  ne pas spoiler]  (Ces fils barbelé électrifiés, ces chiens affamés?)  Qui veut bien m’en donner sa version?

Ce livre a reçu le Prix Françoise Sagan. 

Buvard. Une biographie de Caroline N. Spacek.  Julia Kerninon, (La brune au Rouergue,  2014, 200 pages)

Billet d’origine ICI

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s