Ma sœur

Ma sœur

 Elle est en rouge, elle est en noir

Elle aime Stendhal et Renoir

Baudelaire et Apollinaire

Les yeux du chat pleins de mystère

Elle est assise  à sa fenêtre,

Un livre à la main oui peut-être.

Je la devine qui sourit

A l’enfant en elle enfoui.

Elle est ici, elle est ailleurs, 

Dans un endroit haut en couleurs

Où les ajoncs fleurissent en or, 

Blonds, veloutés, ourlés d’Armor.

Je la regarde qui voyage …

Elle est sans corps, elle est sans âge;

Elle a pour amie qui l’éclaire

L’éternité nommée lumière.

Yuna

(02/01/2008)