Eux sur la photo, Hélène Gestern

ImageC’est un très beau premier roman épistolaire que m’a conseillé ma bibliothécaire. « Tous les lecteurs  sont revenus enchantés de leur lecture« . Alors c’est toute affaire cessante que je me suis plongée dans ce roman épistolaire où deux adultes essaient de reconstituer la vie de leurs pères et mères respectifs, reconnus par hasard sur une photo ancienne.
Hélène a perdu sa mère à trois ans et ne sait rien d’elle,  son père et sa belle-mère chérie ayant toujours refusé d’en parler.
C’est pourquoi, une fois adulte, ayant retrouvé, dans des papiers de famille,  une photographie  montrant une belle jeune femme tout sourire  entourée de deux joyeux inconnus, elle lance une petite annonce avec cette image et les deux noms écrits au dos.  Miracle! Elle reçoit une réponse et une correspondance sur plusieurs années commence alors entre elle et Stéphane, un scientifique vivant en Angleterre qui a reconnu son père sur la photo. Il leur faudra du temps pour reconstituer leur histoire car le cœur du problème s’est joué au moment de leur naissance et les découvertes se feront lentement mais sûrement, non pas en comptant sur la mémoire des derniers survivants, tous atteints désormais plus ou moins de confusion mentale, mais grâce  à la photo et à quelques archives. Le passé resurgit dans toute sa violence, bien loin de l’image édulcorée qu’on leur avait imposée mais le présent reprend ses droits, avec des sentiments tout aussi forts.

C’est vrai. On ne m’a pas menti: c’est un très beau premier roman.

Eux sur la photo de Hélène Gestern, premier roman
(arléa, août 2011, 274 pages)

Ce billet  est déjà paru sur mon blog principal:

http://liratouva2.blogspot.fr/2012/10/eux-sur-la-photo-de-helene-gestern.html