Le bleu de la nuit de Joan Didion

Ce blog n’est encore qu’à l’essai. Je ne connais pas encore bien toutes les possibilités de cette nouvelle plateforme aussi mon blog précédent reste-t-il toujours le principal ICI

Dans Le bleu de la nuit, de Joan Didion que je lis en ce moment, je suis frappée du nombre de renseignements et de précisions que l’auteur  apporte dans son témoignage pour évoquer sa fille Quintana récemment  défunte. Un seul exemple  page 99.

Diana.

Diana Lynn, Diana Hall.

Son visage à elle aussi fait partie de ceux qui me sautent aux yeux sur les photos prises ce jour-là.

Sue cette photo, elle tient une flûte de champagne et fume une cigarette. Je songe soudain en regardant la photo de Diana, que c’est grâce à elle que cette journée avait eu lieu.  C’est Diana qui m’avait entraîné dans cette discussion à propos de l’adoption pendant le week-end du nouvel an sur le bateau de Morty. C’est Diana qui avait parlé à Blake Watson, c’est Diana qui avait senti combien j’avais besoin de Quintana. C’est Diana qui avait changé ma vie.

J’arrête souvent ma lecture pour voir de qui elle parle exactement. Ce n’est pas déplaisant mais me rappelle que son public est celui de son pays et encore celui des personnes aisées, intellectuelles,  à la mode. Peut-on parler de People dans ce cas?

Publicités